— Les voies de Dieu —


Les voies de Dieu

Introduction :

La plupart des athées ne se contentent pas d'affirmer que Dieu n'existe pas, mais ils déclarent avoir une preuve irréfutable de cette inexistence. Cette preuve qui, disons-le, est devenue pour certains une bonne excuse. La voici :

« Si Dieu existait, il n'y aurait pas toutes ces guerres, toutes ces famines, toutes ces maladies ! Si Dieu existait, il ne permettrait pas que tant d'enfants meurent de faim ou de maladie quand les adultes autour d'eux ont épuisé tous les moyens pour les sauver »

Cette approche sur la question de l'existence de Dieu peut sembler pertinente tant que nous ne connaissons pas les lois spirituelles, dont voici un aperçu :

"8 Car vos pensées ne sont pas mes pensées, et vos voies ne sont pas mes voies, déclare l'Éternel ;

9 autant le ciel est élevé au-dessus de la terre, autant mes voies sont élevées au-dessus de vos voies, et autant mes pensées sont élevées au-dessus des vôtres." (Ésaïe 55:8-9 Semeur)

Dieu dit que ses manières de penser et ses façons de faire ne sont pas comme les nôtres.

Ainsi donc, nous ne pouvons pas remettre en question son existence sur le simple fait qu'il n'agit pas comme nous pensons qu'il devrait le faire. Autrement dit, ce n'est pas parce que Dieu n'agit pas comme nous pensons qu'il devrait le faire qu'il n'existe pas.

Nous pouvons trouver une certaine analogie avec l'expérience de Galilée, savant italien (1564-1642).

En avance sur son temps, il a affirmé, sur la base de ses expériences et de ses observations, que la terre tournait à la fois sur elle-même et autour du soleil. Cette théorie révolutionnaire pour son temps lui a valu bien des oppositions jusqu'à sa convocation devant le tribunal de l'Inquisition pour l'obliger à abjurer son « hérésie ».

Ses opposants avaient la « preuve » que la terre ne tournait pas. En effet, selon eux, si la terre tournait, un poids lâché à une certaine hauteur ne devait pas retomber au sol d'une manière verticale contrairement à ce que toutes les expériences montraient.

À première vue, cette position semble tout à fait logique tant que nous ignorons certaines lois physiques.

En effet, c'est parce que la terre tourne et que nous sommes donc en perpétuel mouvement, que tous les objets avec nous sont dans le même mouvement. Si donc vous jetez un objet en l'air au-dessus de vous, il garde ce mouvement et il retombera dans vos bras quelques secondes plus tard, fort heureusement d'ailleurs pour ceux qui pratiquent la jonglerie.

Vous avez certainement compris l'analogie. Comme la terre tourne et ne cesse de nous mettre en mouvement, Dieu existe et c'est grâce à lui que nous sommes « en mouvement », que nous vivons. Job dit :

"13 Qui donc l'a établi gouverneur de la terre ou qui lui a remis le soin du monde entier ?
14 Oui, s'il portait sur lui toute son attention, s'il ramenait à lui son Esprit et son souffle, 

15 toutes les créatures expireraient ensemble ; l'homme retournerait aussi à la poussière." 
(Job 34:13-15 Sem)

Gardons-nous de ces raisonnements simplistes qui nous feraient croire que Dieu n'existe pas. Les lois spirituelles que nous lisons dans la Bible nous montrent très clairement que nous sommes loin de réaliser l'influence de Dieu sur nos vies. Comme le déclare le psalmiste :

"Combien tes desseins, ô Dieu, sont, pour moi, impénétrables, et comme ils sont innombrables !" (Psaumes 139:17 Semeur)

Les façons d'agir de Dieu ne doivent pas être réduites à nos raisonnements humains. Mais par la Bible nous découvrons les lois spirituelles que Dieu a établies et nous comprenons mieux ses desseins pour nous :

"24 Dieu, qui a créé l'univers et tout ce qui s'y trouve, et qui est le Seigneur du ciel et de la terre, n'habite pas dans des temples bâtis de mains d'hommes.

25 Il n'a pas besoin non plus d'être servi par des mains humaines, comme s'il lui manquait quelque chose. Au contraire, c'est lui qui donne à tous les êtres la vie, le souffle et toutes choses.
26 À partir d'un seul homme, il a créé tous les peuples pour qu'ils habitent toute la surface de la terre ; il a fixé des périodes déterminées et établi les limites de leurs domaines.
27 Par tout cela, Dieu invitait les hommes à le chercher, et à le trouver, peut-être, comme à tâtons, lui qui n'est pas loin de chacun de nous. 
28 En effet, « c'est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l'être », comme l'ont aussi affirmé certains de vos poètes, car « nous sommes ses enfants »." (Actes 17:24-28 Semeur)

La question qui devrait se poser continuellement à notre esprit c'est celle que le prophète Ésaïe a posée en annonçant le sacrifice de Jésus :

"Qui a cru à notre message ? À qui a été révélée la puissance de l'Éternel ?"
(Ésaïe 53:1 Semeur)

Même en tant que chrétiens nous avons besoin de grandir dans la connaissance des façons d'agir de Dieu, car bien souvent nous l'attendons où il n'est pas (sans oublier qu'il est partout) et nous ne le voyons pas là où il est vraiment.

Nous allons voir, Bible à l'appui, trois voies de Dieu où, d'un point de vue humain, nous ne voyons pas une action particulière de Dieu, mais où pourtant il a agi d'une manière exceptionnelle en venant lui-même dans la personne de Jésus à la rencontre des hommes.

1· Jésus qui naît dans une mangeoire pour animaux :

Dans notre monde, on ne s'attend pas à voir le fils d'un roi naître dans une étable. Que dire du Fils de Dieu ?

Pourtant c'était le dessein de Dieu qu'il en soit ainsi. Voici les paroles de l'ange aux bergers :

"10 Mais l'ange les rassura : - N'ayez pas peur : je vous annonce une nouvelle qui sera pour tout le peuple le sujet d'une très grande joie.

11 Un Sauveur vous est né aujourd'hui dans la ville de David ; c'est lui le Messie, le Seigneur. 
12 Et voici à quoi vous le reconnaîtrez : vous trouverez un nouveau-né dans ses langes et couché dans une mangeoire." (Luc 2:10-12 Semeur)

Quel mystère que celui de l'incarnation ! Dieu qui prend une forme humaine dans la personne de Jésus.

"Celui qui est la Parole est devenu homme et il a vécu parmi nous. Nous avons contemplé sa gloire, la gloire du Fils unique envoyé par son Père : plénitude de grâce et de vérité !"

(Jean 1:14 Semeur)

Jésus est né d'une manière si ordinaire que personne, à part ceux qui en ont eu la révélation comme ces bergers, ne pouvait voir dans ce bébé la manifestation de l'action prodigieuse de Dieu, inscrite dans le nom même de Jésus : "Voici, la jeune fille vierge sera enceinte. Et elle enfantera un fils que l'on appellera Emmanuel, ce qui veut dire : Dieu est avec nous." (Matthieu 1:23 Semeur)

2· Jésus qui vit comme un simple homme :

Jésus, le Fils de Dieu, a vécu une vie humaine ordinaire, du moins jusqu'à ce qu'il commence son ministère. Et même pendant ces 3 années où il s'investit pleinement dans sa mission nous le voyons constamment empreint d'humanité, comme devant le tombeau de son ami Lazare où Jésus pleura.

D'ailleurs, ceux qui ont eu le plus de difficultés à le reconnaître comme l'envoyé de Dieu, ce sont ceux qui l'ont vu grandir comme un enfant ordinaire, ce sont ceux qui l'ont vu vivre jour après jour, qui l'ont vu exercer un métier et qui l'ont vu bien s'occuper de sa famille :

"1 Jésus partit de là et retourna dans la ville dont il était originaire, accompagné de ses disciples. 

2 Le jour du sabbat, il se mit à enseigner dans la synagogue. Beaucoup de ses auditeurs furent très étonnés : - D'où tient-il cela ? disaient-ils. Qui lui a donné cette sagesse ? D'où lui vient le pouvoir d'accomplir tous ces miracles ? 
3 N'est-il pas le charpentier, le fils de Marie, le frère de Jacques, de Joseph, de Jude et de Simon ? Ses sœurs ne vivent-elles pas ici parmi nous ? Et voilà pourquoi ils trouvaient en lui un obstacle à la foi." (Marc 6:1-3 Semeur)

L'apôtre Paul a déclaré ceci :

"6 Lui qui, dès l'origine, était de condition divine, ne chercha pas à profiter de l'égalité avec Dieu, 

7 mais il s'est dépouillé lui-même, et il a pris la condition du serviteur. Il se rendit semblable aux hommes en tous points, et tout en lui montrait qu'il était bien un homme.
8 Il s'abaissa lui-même en devenant obéissant, jusqu'à subir la mort, oui, la mort sur la croix." 
(Philippiens 2:6-8 Semeur)

Ce qui nous conduit à cette dernière voie, tout aussi déroutante que les deux autres :

3· Jésus, le Fils de Dieu qui meurt sur la croix comme un vulgaire brigand :

Nous avons déjà fait référence au texte d'Ésaïe 53. Le voici en intégralité :

"1 Qui a cru à notre message ? À qui a été révélée la puissance de l'Éternel ? 

2 Car devant l'Éternel, il a grandi tout droit comme une jeune pousse ou comme une racine sortant d'un sol aride. Il n'avait ni prestance ni beauté pour retenir notre attention ni rien dans son aspect qui pût nous attirer.
3 Il était méprisé, abandonné des hommes, un homme de douleur habitué à la souffrance. Oui, il était semblable à ceux devant lesquels on détourne les yeux. Il était méprisé, et nous n'avons fait aucun cas de sa valeur.
4 Pourtant, en vérité, c'est de nos maladies qu'il s'est chargé, et ce sont nos souffrances qu'il a prises sur lui, alors que nous pensions que Dieu l'avait puni, frappé et humilié. 
 5 Mais c'est pour nos péchés qu'il a été percé, c'est pour nos fautes qu'il a été brisé. Le châtiment qui nous donne la paix est retombé sur lui et c'est par ses blessures que nous sommes guéris.
6 Nous étions tous errants, pareils à des brebis, chacun de nous allait par son propre chemin : l'Éternel a fait retomber sur lui les fautes de nous tous.
7 On l'a frappé, et il s'est humilié, il n'a pas dit un mot. Semblable à un agneau mené à l'abattoir, tout comme la brebis muette devant ceux qui la tondent, il n'a pas dit un mot.
8 Il a été arraché à la vie par la contrainte, suite à un jugement. Et qui, parmi les gens de sa génération, s'est soucié de son sort, lorsqu'on l'a retranché du pays des vivants ? Il a été frappé à mort à cause des péchés que mon peuple a commis.
9 On a mis son tombeau parmi les criminels et son sépulcre parmi les riches, alors qu'il n'avait pas commis d'acte de violence et que jamais ses lèvres n'avaient prononcé de mensonge.
10 Mais il a plu à Dieu de le briser par la souffrance. Bien que toi, Dieu, tu aies livré sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance. Il vivra de longs jours et il accomplira avec succès ce que désire l'Éternel.
11 Car après avoir tant souffert, il verra la lumière, et il sera comblé. Et parce que beaucoup de gens le connaîtront, mon serviteur, le Juste, les déclarera justes et se chargera de leurs fautes.
12 Voilà pourquoi je lui donnerai une part avec ces gens nombreux ; il partagera le butin avec la multitude, car il s'est dépouillé lui-même jusqu'à la mort et s'est laissé compter parmi les malfaiteurs, car il a pris sur lui les fautes d'un grand nombre, il est intervenu en faveur des coupables." (Ésaïe 53:1-12 Semeur)

À moins de prendre en considération ce que la Bible nous révèle au sujet de la mort atroce que Jésus a accepté d'endurer, aucun homme ne peut reconnaître le bras de Dieu dans cette folie meurtrière !

D'ailleurs, l'apôtre Paul ne dit pas autre chose quand il déclare :

"En effet, la prédication de la mort du Christ sur une croix est une folie aux yeux de ceux qui se perdent. Mais pour nous qui sommes sauvés, elle est la puissance même de Dieu." 

(1 Corinthiens 1:18 Semeur)

Même ses disciples n'ont pas su reconnaître dans cet instant l'action de Dieu. Voici ce que déclaraient les disciples d'Emmaüs : "Nous avions espéré qu'il était celui qui devait délivrer Israël. Mais hélas ! Voilà déjà trois jours que tout cela est arrivé." (Luc 24:21 Semeur)

Jésus est venu sur la terre des hommes, comme un simple homme, mourir pour nos péchés.

Il est né dans une étable, parfaitement homme, pour nous révéler l'amour de son Père à notre égard !

Dieu s'est abaissé vers nous, il a vécu comme un homme excepté le péché, il a parlé comme un homme pour que nous puissions connaître son amour.

Et là, devant cette croix, tous les détracteurs de la légitimité de Jésus le Fils de Dieu se comportent comme tout bon rationaliste qui trouve la preuve de l'inexistence de Dieu dans son inaction :

"39 Ceux qui passaient par là lui lançaient des insultes en secouant la tête, 

40 et criaient : - Hé, toi qui démolis le Temple et qui le reconstruis en trois jours, sauve-toi toi-même. Si tu es le Fils de Dieu, descends de la croix !" (Matthieu 27:39-40 Semeur)

Oui, sur le plan strictement humain Jésus ne ressemblait pas à l'image que l'on peut avoir d'un roi, tant il faisait peine à voir : son corps meurtri, ensanglanté, croulant sous le poids de cette croix en allant sur le lieu de sa crucifixion.

Mais cette considération purement cartésienne est si fragile devant la puissance de Dieu.

Ceux qui ont assisté à la crucifixion de Jésus, ont été « secoués » à tel point qu'ils ont été obligés de reconnaître ce qui était impensable pour eux quelques heures avant : il est le Fils de Dieu !

"50 À ce moment, Jésus poussa de nouveau un grand cri et rendit l'esprit. 

51 Et voici qu'au même instant, le rideau du Temple se déchira en deux, de haut en bas ; la terre trembla, les rochers se fendirent.
52 Des tombes s'ouvrirent et les corps de beaucoup d'hommes fidèles à Dieu qui étaient morts ressuscitèrent.
53 Ils quittèrent leurs tombeaux et, après la résurrection de Jésus, ils entrèrent dans la ville sainte où beaucoup de personnes les virent.
54 En voyant le tremblement de terre et tout ce qui se passait, l'officier romain et les soldats qui gardaient Jésus furent saisis d'épouvante et dirent : cet homme était vraiment le Fils de Dieu." 
(Matthieu 27:50-54 Semeur)

Conclusion :

Depuis que l'homme a reconnu que la terre tournait sur elle-même, il est entré dans une bien meilleure compréhension des phénomènes jusqu'alors inexpliqués ou mal expliqués, comme le lever et le coucher du soleil dont nous avons gardé l'expression !

Quand nous ouvrons notre cœur aux réalités spirituelles que la Bible nous révèle, beaucoup de choses s'éclairent en nous et nous nous rendons bien compte combien notre raisonnement humain peut nous tromper.

Aucun homme ne pourrait se présenter devant Dieu et lui dire qu'il ignorait tout de son existence. Chacun de nous a, durant sa vie, d'innombrables occasions de voir Dieu dans les choses courantes de sa vie. Ne cherchons pas à contenir Dieu dans des raisonnements humains simplistes, mais ouvrons nos yeux spirituels sur ces réalités quotidiennes, dans lesquelles non seulement la créature rencontre son Créateur, mais aussi dans lesquelles elle trouve des sujets infinis de reconnaissance :

"19 En effet, ce qu'on peut connaître de Dieu est clair pour eux, Dieu lui-même le leur ayant fait connaître.

20 Car, depuis la création du monde, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité se voient dans ses œuvres quand on y réfléchit. Ils n'ont donc aucune excuse,
21 car alors qu'ils connaissent Dieu, ils ont refusé de lui rendre l'honneur que l'on doit à Dieu et de lui exprimer leur reconnaissance. Ils se sont égarés dans des raisonnements absurdes et leur pensée dépourvue d'intelligence s'est trouvée obscurcie.
22 Ils se prétendent intelligents, mais ils sont devenus fous." (Romains 1:19-22 Semeur)

Jérôme Fabiau


Citations bibliques extraites de la Bible du Semeur.

Texte copyright © 2000, Société Biblique Internationale. Avec permission.