— L'Église maison de Dieu —


— L'Église maison de Dieu —


L'Église, ce peuple appelé hors du monde pour se rassembler autour de la personne de Christ est aussi appelée « Maison de Dieu ».

Pourquoi ? Parce que Dieu habite au milieu d'elle par Son Esprit :

« Quel accord peut-il exister entre le Temple de Dieu et les idoles ? Car nous sommes, nous, le Temple du Dieu vivant. Dieu lui-même l'a dit : J'habiterai et je marcherai au milieu d'eux. Je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. »

(2 Corinthiens 6:16 Semeur)

Sa destination est d'être le lieu où demeure Dieu, le temple de Dieu :

« ... et, unis au Christ, vous avez été intégrés ensemble à cette construction pour former une demeure où Dieu habite par l'Esprit. »

(Éphésiens 2:22 Semeur)

Cette habitation de Dieu n`est pas une construction inanimée, elle est faite de « pierres vivantes » :

« ... et puisque vous êtes vous aussi des pierres vivantes, édifiez-vous pour former un temple spirituel et pour constituer un groupe de prêtres consacrés à Dieu, chargés de lui offrir des sacrifices spirituels qu'il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ. »

(1 Pierre 2:5 Semeur)

C'est un temple vivant et spirituel formé d'hommes et de femmes nés de nouveau : c'est l'Église de Dieu que Christ a acquise par Son sang. Dans cette construction, Dieu habite.

Cette Église n'appartient à aucune dénomination, elle est formée de tous ceux qui, ayant entendu l`appel de la voix du « Bon Berger », sont entrés dans la bergerie pour suivre le Berger, et qui, rachetés, lavés et purifiés par son sang ont leur nom écrit dans le Livre de vie de l'Agneau. Ces croyants qui participent à la vie de Christ et sont membres de Son corps, constituent dans leurs rassemblements, la « Maison de Dieu », dans laquelle Dieu habite par Son Esprit :

« Vous savez que le Christ est juste ; reconnaissez, par conséquent, que tout homme qui accomplit ce qui est juste est né de lui. »

(1 Jean 2:29 Semeur)

Dieu en est l'architecte et Jésus le constructeur. Jésus a dit : « Sur ce roc, je bâtirai mon Église. » Son fondement est la confession de la vérité éternelle proclamée par la sainte Parole de Dieu révélée par le Saint-Esprit que Jésus de Nazareth est le Christ, le Fils du Dieu vivant, celui qui sauve son peuple de ses péchés, le Rédempteur.

Jésus Lui-même est la pierre de l'angle de cet édifice. Ni homme ni ange n`aurait pu être trouvé pour soutenir un tel édifice. Dieu s'est fait homme et en Christ à la croix du calvaire, Il posait la pierre principale, la pierre de l`angle, choisie et précieuse, au milieu des acclamations de tout ce qui vit dans le ciel :

« Et qu'es-tu, toi, grande montagne ? Devant Zorobabel, tu seras transformée en plaine. Il extraira de toi la pierre principale au milieu des acclamations : "Dieu la bénisse ! Dieu la bénisse !" »

(Zacharie 4:7 Semeur)

« Voici, en effet, ce qu'on trouve dans l'Écriture à ce sujet : J'ai choisi une pierre de grande valeur et je la pose en Sion à l'angle de l'édifice. Celui qui met sa confiance en elle ne connaîtra jamais le déshonneur. »

(1 Pierre 2:6 Semeur)

« 6 Alors je vis, au milieu du trône et des quatre êtres vivants et au milieu des vieillards, un Agneau qui se tenait debout. Il semblait avoir été égorgé. Il avait sept cornes et sept yeux, qui sont les sept esprits de Dieu envoyés par toute la terre.

7 L'Agneau s'avança pour recevoir le livre de la main droite de celui qui siégeait sur le trône.

8 Lorsqu'il eut pris le livre, les quatre êtres vivants et les vingt-quatre vieillards se prosternèrent devant l'Agneau. Ils avaient chacun une harpe et des coupes d'or remplies d'encens qui représentent les prières de ceux qui appartiennent à Dieu.

9 Et ils chantaient un cantique nouveau : Oui, tu es digne de recevoir le livre, et d'en briser les sceaux car tu as été mis à mort et tu as racheté pour Dieu, par ton sang répandu, des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, de toutes les nations.

10 Tu as fait d'eux un peuple de rois et de prêtres au service de notre Dieu, et ils régneront sur la terre.

11 Puis je vis, et j'entendis la voix d'anges rassemblés en grand nombre autour du trône, des êtres vivants et des vieillards. Ils étaient des milliers de milliers et des millions de millions.

12 Ils disaient d'une voix forte : Il est digne, l'Agneau qui fut égorgé, de recevoir la puissance, la richesse et la sagesse, la force et l'honneur et la gloire et la louange.

13 Et toutes les créatures dans le ciel, sur la terre, sous la terre et sur la mer, tous les êtres qui peuplent l'univers, je les entendis proclamer : À celui qui siège sur le trône et à l'Agneau soient louange et honneur, gloire et puissance pour toute éternité.

14 Les quatre êtres vivants répondaient : « Amen », et les vieillards se prosternèrent et adorèrent. »

(Apocalypse 5:6-14 Semeur)

Nous ne pouvons nous aussi qu'adorer ce Dieu infiniment sage qui a désiré avoir une « Maison » parmi les hommes, afin d'être avec eux dans une intimité parfaite et de pouvoir se manifester à eux avec une parfaite liberté, car il est vrai qu'un homme, qu'il soit un homme ordinaire, un professeur, un magistrat ou un roi, ne se comporte pas de la même manière dans l'intimité de sa famille que dans la rue ou dans l`exercice de ses fonctions ou de ses prérogatives royales. Ainsi Dieu peut-il user d'une plus grande liberté au milieu des siens, dans Sa maison et s'y manifester de diverses façons comme Il ne le fait pas ailleurs.

Le livre des Actes des Apôtres nous donne un aperçu de ce que Dieu peut faire dans Sa maison, au milieu de ceux qui lui appartiennent, de l'Église. Il peut baptiser du Saint-Esprit avec le signe miraculeux et combien glorieux du parler en langues, faire trembler le lieu où les siens sont rassemblés, sous la puissante effusion de Son Esprit, produire des guérisons, des miracles, provoquer un magnifique élan de foi, opérer des délivrances extraordinaires, convaincre les pêcheurs, susciter des ministères pour la propagation de l'Évangile et l'enseignement des croyants.

Il est précieux de savoir que si, comme l'affirme l'épître aux Hébreux, Sa maison c'est nous, nous pouvons alors être assurés que Dieu veut être au milieu de nous pour s'y manifester de la même manière, par ces mêmes œuvres surnaturelles.

Coopération. Parce que l'Église n'est pas un bâtiment fait de pierres, de briques et de ciment, mais un organisme vivant, un édifice spirituel formé de pierres vivantes, son édification, bien qu'elle soit le fait de Dieu, nécessite la coopération volontaire des éléments qui la composent :

« 1 Rejetez donc toutes les formes de méchanceté et de ruse, l'hypocrisie, la jalousie, et toute médisance.

2 Comme des enfants nouveau-nés, désirez ardemment le lait pur de la Parole, afin qu'il vous fasse grandir en vue du salut,

3 puisque, comme dit l'Écriture, vous avez goûté combien le Seigneur est bon.

4 Il est la pierre vivante que les hommes ont rejetée mais que Dieu a choisie et à laquelle il attache une grande valeur. Approchez-vous donc de lui,

5 et puisque vous êtes vous aussi des pierres vivantes, édifiez-vous pour former un temple spirituel et pour constituer un groupe de prêtres consacrés à Dieu, chargés de lui offrir des sacrifices spirituels qu'il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ.

6 Voici, en effet, ce qu'on trouve dans l'Écriture à ce sujet : J'ai choisi une pierre de grande valeur et je la pose en Sion à l'angle de l'édifice. Celui qui met sa confiance en elle ne connaîtra jamais le déshonneur.

7 Pour vous donc qui croyez : l'honneur ! Mais pour ceux qui ne croient pas : La pierre rejetée par les constructeurs est devenue la pierre principale, à l'angle de l'édifice,

8 une pierre qui fait tomber, un rocher qui fait trébucher. Parce qu'ils refusent de croire à la Parole, il leur arrive ce qui était prévu pour eux : ils tombent à cause de cette pierre. »

(1 Pierre 2:1-8 Semeur)

Ici, Pierre nous enseigne comment et sur quelle base s'effectue cette coopération : pureté du cœur, nourriture de la Parole, obéissance et communion avec le Seigneur et avec les frères et sœurs.

« Approchez-vous de Lui, pierre vivante ». Le rapport entre les saints et le Seigneur est continuellement mentionné dans le Nouveau Testament. C'est en effet « en LUI » que nous avons tout pleinement, que nous sommes bénis de toutes sortes de bénédictions dans les lieux célestes, que nous trouvons grâce auprès du Père. « En LUI » implique la participation à Son caractère et une exclusion totale de ce qui n'est pas Christ.

La véritable situation d'une créature au point de vue spirituel, c'est sa position à l'égard de Christ. Si elle croit en Lui et l'a reçu comme son Sauveur pour le suivre, elle est « en LUI » et de ce fait devient partie intégrante de la maison spirituelle. Mais si elle n'est pas en Christ, elle peut se parer de tous les titres qu'il lui plaira, faire valoir telle ou telle prétention, elle n'a aucune part au saint édifice.

C'est en venant à Christ, auprès de Lui dans une intime communion que nous trouverons, dans les ressources infinies de sa grâce, ce dont nous pourrons avoir besoin pour former avec les autres pierres vivantes une maison spirituelle, un saint sacerdoce et offrir des victimes spirituelles agréables à Dieu. Par Lui, nous pourrons purifier nos cœurs de la méchanceté, de la malice et de la ruse ainsi que de l'envie et de la médisance, afin que l'amour qui est le lien de la perfection, le ciment par excellence, puisse nous unir éternellement aux autres pierres. C'est Lui aussi qui, par le lait spirituel et pur de Sa Parole, nous aidera à grandir jusqu'à ce que nous soyons parvenus à Sa stature parfaite :

« Ainsi nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'adultes, à un stade où se manifeste toute la plénitude qui nous vient du Christ. »

(Éphésiens 4:13 Semeur)

C'est encore par Lui que nous pourrons exercer la sacrificature, et offrir un culte de reconnaissance qui Lui soit agréable. La joie de la sacrificature doit être éprouvée par chaque membre de l'Église de Jésus-Christ.

La sacrificature dans la Maison de Dieu :

« Mais vous, vous êtes une race élue, une communauté de rois-prêtres, une nation sainte, un peuple que Dieu a libéré pour que vous célébriez bien haut les œuvres merveilleuses de celui qui vous a appelés à passer des ténèbres à son admirable lumière. »

(1 Pierre 2:9 Semeur)

« ... il a fait de nous un peuple de rois, des prêtres au service de Dieu, son Père : à lui donc soient la gloire et le pouvoir pour l'éternité ! Amen. »

(Apocalypse 1:6 Semeur)

Il est vrai que dans son plein sens, il n'y a pas d'autre sacrificateur que Jésus, l'Oint du Père. Il est un sacrificateur éternel dont le sacerdoce n'est pas transmissible :

« Mais Jésus, lui, parce qu'il demeure éternellement, possède le sacerdoce perpétuel. »

(Hébreux 7:24 Semeur)

Mais il exerce sa sacrificature dans deux conditions :

  • dans le ciel, dans son corps humain glorifié ; Il est notre avocat :

« Mes chers enfants, je vous écris ceci afin que vous ne péchiez pas. Si, toutefois, il arrivait à quelqu'un de commettre un péché, nous avons un Défenseur auprès du Père : Jésus-Christ le juste. »

(1 Jean 2:1 Semeur)

Et Il intercède pour nous :

« Qui les condamnera ? Le Christ est mort, bien plus : il est ressuscité ! Il est à la droite de Dieu et il intercède pour nous. »

(Romains 8:34 Semeur)

  • sur la terre, au travers de l'Église, son corps mystique. Quand Il était sur la terre, « dans les jours de sa chair », il officiait avec son corps naturel. Il intercédait en faveur des hommes auprès de Dieu, leur annonçait la Parole de Dieu, faisait les œuvres de Dieu et offrait enfin le sacrifice expiatoire rédempteur dont Il perpétua le souvenir en instituant la Cène. Lorsque son corps fut enlevé au ciel, il ne lui était plus possible d'être l'instrument de sa sacrificature sur la terre, ainsi Il créa son corps mystique, l'Église. L'Église est donc, en tant que corps mystique de Christ, l'extension de son corps naturel, la plénitude de Christ :

« 22 Dieu a tout placé sous ses pieds, et ce Christ qui domine toutes choses, il l'a donné pour chef à l'Église 23 qui est son corps, lui en qui habite la plénitude du Dieu qui remplit tout en tous. »

(Éphésiens 1:22-23 Semeur)

C'est donc au travers de Son Église que Christ exerce son office de sacrificateur. L'Église est un royaume de sacrificateurs parce que ses membres sont prêtres de Christ, exerçant un sacerdoce royal. Cette sacrificature de l'Église n'est pas une sacrificature à côté, ni en supplément à celle de Christ, elle n'est pas non plus la délégation d'un Seigneur absent, l'accomplissement d'un office à sa place, mais l'organisme d'un Seigneur présent. Organisme par lequel Il intercède, enseigne et communique la grâce de Dieu.

Ce sacerdoce n'est ni l'apanage d'un individu, ni celui d'une partie du corps, mais du corps tout entier, par chacun de ses membres. Il ne souffre pas un exercice personnel, l'individualisme en est banni : c'est dans l'Église, « la Maison de Dieu » que son office s'accomplit, autour et au travers de la personne de « l'Agneau immolé », dans l'ordre, la bienséance.

Le principal motif du chrétien dans l'exercice de la sacrificature doit toujours être de révéler aux hommes le grand souverain sacrificateur, notre Seigneur Jésus-Christ, leur sauveur et le nôtre, et de les conduire à se soumettre à Lui et au ministère qu'Il exerce dans et au travers de l'Église. Nul ne peut s'élever à l'exercice de cette sacrificature, sinon celui qui, dans l'unité et l'harmonie d'une communion avec l'Église, goûte les bontés du Seigneur.

C'est un saint sacerdoce s'exerçant envers Dieu et en faveur des hommes.

Comment s'exerce le sacerdoce de l'Église :

1) Par la prière (individuelle, familiale, collective) pour réclamer la présence de Dieu, l'effusion et l'action de Son Esprit Saint, l'efficacité de Sa Parole, l'intercession.

2) Par la prédication de l'Évangile aux pêcheurs et l'enseignement des prescriptions de Christ aux disciples :

« 19 ... allez donc dans le monde entier, faites des disciples parmi tous les peuples, baptisez-les au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit 20 et apprenez-leur à obéir à tout ce que je vous ai prescrit. Et voici : je suis moi-même avec vous chaque jour, jusqu'à la fin du monde. »

(Matthieu 28:19-20 Semeur)

« 15 Et il leur dit : - Allez dans le monde entier, annoncez la Bonne Nouvelle à tous les hommes. 16 Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé, mais celui qui ne croira pas sera condamné. »

(Marc 16:15-16 Semeur)

« 11 C'est lui qui a fait don de certains comme apôtres, d'autres comme prophètes, d'autres comme évangélistes, et d'autres encore comme pasteurs et enseignants.

12 Il a fait don de ces hommes pour que ceux qui appartiennent à Dieu soient rendus aptes à accomplir leur service en vue de la construction du corps du Christ.

13 Ainsi nous parviendrons tous ensemble à l'unité dans la foi et dans la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'adultes, à un stade où se manifeste toute la plénitude qui nous vient du Christ.

14 De cette manière, nous ne serons plus de petits enfants ballottés comme des barques par les vagues et emportés çà et là par le vent de toutes sortes d'enseignements, à la merci d'hommes habiles à entraîner les autres dans l'erreur.

15 Au contraire, en exprimant la vérité dans l'amour, nous grandirons à tous égards vers celui qui est la tête : le Christ.

16 C'est de lui que le corps tout entier tire sa croissance pour s'affermir dans l'amour, sa cohésion et sa forte unité lui venant de toutes les articulations dont il est pourvu, pour assurer l'activité attribuée à chacune de ses parties. »

(Éphésiens 4:11-16 Semeur)

· Par l'offrande de sacrifices agréables à Dieu : le culte chrétien.

Le culte chrétien est un acte de reconnaissance que les rachetés sont exhortés à rendre à Dieu avec piété et avec crainte :

« Le royaume que nous recevons est inébranlable : soyons donc reconnaissants et servons Dieu d'une manière qui lui soit agréable, avec soumission et respect, »

(Hébreux 12:28 Semeur)

« ... et puisque vous êtes vous aussi des pierres vivantes, édifiez-vous pour former un temple spirituel et pour constituer un groupe de prêtres consacrés à Dieu, chargés de lui offrir des sacrifices spirituels qu'il pourra accepter favorablement par Jésus-Christ. »

(1 Pierre 2:5 Semeur)

Les sacrifices agréables à Dieu sont :

a) L'offrande de nos corps comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui constitue un culte raisonnable.

Cette offrande doit être associée à une totale séparation d'avec le monde et ses comportements ainsi qu'à l'application à discerner la volonté de Dieu pour s'y soumettre entièrement :

« 1 Je vous invite donc, frères, à cause de cette immense bonté de Dieu, à lui offrir votre corps comme un sacrifice vivant, saint et qui plaise à Dieu. Ce sera là de votre part un culte spirituel.

2 Ne vous laissez pas modeler par le monde actuel, mais laissez-vous transformer par le renouvellement de votre pensée, pour pouvoir discerner la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait. »

(Romains 12:1-2 Semeur)

« Ne mettez pas vos membres à la disposition du péché comme des armes au service du mal. Mais puisque vous étiez morts et que vous êtes maintenant vivants, offrez-vous vous-mêmes à Dieu et mettez vos membres à sa disposition comme des armes au service du bien. »

(Romains 6:13 Semeur)

b) L'offrande de louange dans la confession du nom de Jésus :

« Par Jésus, offrons donc en tout temps à Dieu un sacrifice de louange qui consiste à célébrer son nom. »

(Hébreux 13:15 Semeur)

Cette offrande doit être associée à une prise publique de position pour Christ et le partage de son opprobre :

« Allons donc à lui en sortant en dehors du camp, et acceptons d'être méprisés comme lui. »

(Hébreux 13:13 Semeur)

 c) L'offrande de nos biens dans la bienfaisance et la libéralité :

« Ne négligez pas de pratiquer la bienfaisance et l'entraide : voilà les sacrifices auxquels Dieu prend plaisir. »

(Hébreux 13:16 Semeur)

Car c'est à de tels sacrifices que Dieu prend plaisir.

La loi de la Maison de Dieu est exprimée par le prophète Ézéchiel :

« C'est ici la loi du Temple qui se trouve au sommet de la montagne : son territoire tout autour est très saint. Oui, telle est la loi du Temple. »

(Ezékiel 43:12 Semeur)

« Sur le sommet de la montagne » : exposition à la vue.

« Tout l'espace qu'elle doit occuper » : en tout lieu et en tout temps

« Est très saint » : sainteté parfaite égale à celle de Dieu Lui-même, commandée par Jésus - « Votre Père céleste est parfait. Soyez donc parfaits comme lui. » (Matthieu 5:48 Semeur) - rendue possible à cause de :

« Et je me consacre moi-même à toi pour eux, pour qu'ils soient, à leur tour, consacrés à toi par la vérité. »

(Jean 17:19 Semeur)

« 14 Ainsi, puisque nous avons en Jésus, le Fils de Dieu, un grand-prêtre éminent qui a traversé les cieux, demeurons fermement attachés à la foi que nous reconnaissons comme vraie. 15 En effet, nous n'avons pas un grand-prêtre qui serait incapable de se sentir touché par nos faiblesses. Au contraire, il a été tenté en tous points comme nous le sommes, mais sans commettre de péché. 16 Approchons-nous donc du trône du Dieu de grâce avec une pleine assurance. Là, Dieu nous accordera sa bonté et nous donnera sa grâce pour que nous soyons secourus au bon moment. »

(Hébreux 4:14-16 Semeur)

Ceci implique que notre culte ne pourra jamais être autre chose que le reflet de notre vie quotidienne, en ce qui concerne notre communion et notre gratitude envers le Seigneur. Impossible de vivre éloigné et dans l'ingratitude tout au long de la semaine et trouver la communion le dimanche pour louer le Seigneur. Impossible d'être léger et superficiel la semaine et sanctifié le dimanche. Impossible de ne pas tenir compte de la présence de Dieu la semaine et de manifester piété et crainte le dimanche.

Ce serait une erreur de limiter l'ordonnance du culte à quelques versets de 1 Corinthiens 11 alors que toute l'ordonnance du culte est comprise dans les détails des chapitres 10 à 16 de 1 Corinthiens.


Marcel ROUX


Citations bibliques extraites de la Bible du Semeur.
Texte copyright © 2000, Société Biblique Internationale. Avec permission.