— L'Église Épouse ou Fiancée —

L'Église Épouse ou Fiancée


1. ÉPOUSES COMPARÉES de l'A.T. et du N.T.

Dans l'A.T. le peuple d'Israël est fréquemment appelé l'épouse de l'Éternel :

« 5 car celui qui t'a faite c'est ton époux. Il a pour nom : le Seigneur des armées célestes. Celui qui te délivre c'est le Saint d'Israël, celui que l'on appelle : le Dieu du monde entier.

6 L'Éternel te rappelle comme un époux rappelle la femme abandonnée, à l'esprit accablé, la compagne de la jeunesse qu'il aurait répudiée. C'est ce que déclare ton Dieu. »

(Ésaïe 54:5-6 Semeur)

« 18 Et il arrivera en ce temps-là, l'Éternel le déclare, que tu me diras : "Mon époux" et tu ne m'appelleras plus : "Mon Baal (mon maître). »

(Osée 2:18 Semeur)

« 1 « Que dire ? Si un mari divorce d'avec son épouse, qu'elle le quitte pour appartenir à un autre, est-ce que son ancien mari retournera vers elle ? Le pays n'en serait-il pas souillé ? Or, toi, qui t'es prostituée avec de nombreux partenaires, tu reviendrais vers moi ! déclare l'Éternel.

2 Lève les yeux, regarde les hauteurs du pays : y a-t-il un endroit où tu ne te sois pas livrée à l'inconduite ? Tu guettais tes amants, assise sur le bord des chemins, comme le bédouin guette ses victimes dans le désert. Et tu as souillé le pays par tes prostitutions et tes perversités !
3 C'est pourquoi les averses ont été retenues, et les dernières pluies ont cessé de tomber. Mais tu as eu le front d'une prostituée et tu as refusé de rougir de ta honte !
4 Maintenant, n'est-ce pas, tu m'appelles : "Mon père, tu es l'ami de ma jeunesse !"
5 Et tu demandes même : "Sera-t-il toujours en colère ? Et son ressentiment, le gardera--t--il à jamais ?" Voilà ce que tu dis, tout en continuant à commettre le mal avec acharnement ! »
6  L'Éternel me dit au temps du roi Josias : -- As-tu vu ce qu'a fait Israël-l'infidèle ? Elle qui allait sur toute montagne élevée et sous tout arbre vert pour s'y prostituer.
7 Et moi, je me disais : Après avoir fait tout cela, elle reviendra à moi. Mais elle n'est pas revenue, et sa sœur, Juda-la-perfide , en a été témoin.
8 Elle a bien vu que j'ai répudié Israël-l'infidèle et que je lui ai donné sa lettre de divorce à cause de tous les adultères qu'elle avait commis. Mais sa sœur, Juda-la-perfide, n'en a ressenti aucune crainte ; au contraire, elle est allée se prostituer à son tour.
9 Par sa légèreté à se débaucher, Israël a souillé tout le pays, commettant l'adultère avec des idoles de bois et de pierre.
10 Et malgré tout cela, sa sœur, Juda-la-perfide, n'est pas revenue à moi de tout son cœur : son retour n'était qu'un leurre, l'Éternel le déclare.
11 Et l'Éternel me dit : -- Israël-l'infidèle paraît plus juste que Juda-la-perfide.
12 Va, et crie ces paroles, en direction du nord : « Reviens, Israël-l'infidèle ! l'Éternel le demande. Je n'aurai plus pour toi un visage sévère, car je suis bienveillant, l'Éternel le déclare, et je ne serai pas en colère à toujours.
13 Mais reconnais ta faute : c'est contre l'Éternel ton Dieu que tu t'es révoltée et tu as prodigué tes faveurs çà et là à des dieux étrangers sous tous les arbres verts. Et tu ne m'as pas écouté, l'Éternel le déclare. »
(Jérémie 3:1-13 Semeur)

Épouse souvent infidèle, adultère, mais que Dieu pardonne dans sa miséricorde lorsqu'elle revient à Lui.

Cette image est reprise dans le N.T. où Jésus-Christ est souvent comparé à un époux. Déjà Jean-Baptiste s'intitule lui-même l'ami de l'époux (« À qui appartient la mariée ? Au marié. Quant à l'ami du marié, c'est celui qui se tient à côté de lui et qui l'écoute .... » (Jean 3:29 Semeur), dont le rôle était de demander la main de la jeune fille, puis de servir d'intermédiaire entre le fiancé et la fiancée et de présider la fête des noces. Ce rôle est rempli par le Saint-Esprit depuis le jour de la Pentecôte où il descendit sur les apôtres rassemblés à Jérusalem. Il aura son dénouement le jour où sur la nuée du ciel, le Consolateur présidera à la rencontre de l'Église avec son époux divin, car les noces de l'Agneau sont venues :

« 7 Réjouissons-nous, exultons d'allégresse et apportons-lui notre hommage. Voici bientôt les noces de l'Agneau. Sa fiancée s'est préparée.

8 Et il lui a été donné de s'habiller d'un lin pur éclatant. Ce lin représente les actions justes de ceux qui appartiennent à Dieu.
9 L'ange me dit alors : -- Écris : Heureux les invités au festin des noces de l'Agneau. Et il ajouta : -- Ce sont là les paroles authentiques de Dieu. »
(Apocalypse 19:7-9 Semeur)

Ce rôle a eu son type en la personne d'Éliézer, le serviteur d'Abraham, envoyé par son seigneur à la recherche d'une épouse pour son fils Isaac, trouvant cette épouse, obtenant son consentement et la conduisant vers celui avec qui elle devait être unie (Gen.24).

On peut comprendre alors que Jean-Baptiste ait pu dire que sa joie était parfaite quand on lui disait que tous allaient à Jésus :

« 27 Jean répondit : -- Nul ne peut s'attribuer une autre mission que celle qu'il a reçue de Dieu. 28 Vous en êtes vous-mêmes témoins ; j'ai toujours dit : je ne suis pas le Christ, mais j'ai été envoyé comme son Précurseur.

29 À qui appartient la mariée ? Au marié. Quant à l'ami du marié, c'est celui qui se tient à côté de lui et qui l'écoute : entendre sa voix le remplit de joie. Telle est ma joie, et à présent, elle est complète. »
(Jean 3:27-29 Semeur)

Dans les évangiles Jésus se donne lui-même ce titre :

« Jésus leur répondit : -- Comment les invités d'une noce pourraient-ils être tristes tant que le marié est avec eux ? Le temps viendra où celui-ci leur sera enlevé. Alors ils jeûneront. »

(Matthieu 9:15 Semeur)

L'apôtre Paul parle aussi de l'Église comme épouse :

« Il en est de même pour vous, mes frères : par la mort du Christ, vous êtes, vous aussi, morts par rapport à la Loi, pour appartenir à un autre, à celui qui est ressuscité des morts, pour que nous portions des fruits pour Dieu. »

(Romains 7:4 Semeur)

Dans ce texte, l'apôtre Paul montre comment, libérés de la loi qui les avait asservis comme un mari tyrannique, mais qui est mort, (loi abolie[CG1] ), les rachetés se sont remariés avec un nouvel époux auquel ils appartiennent désormais, CHRIST.

L'apôtre nous présente cette union comme un grand mystère dont la connaissance lui a été donnée par une révélation de Dieu :

« 23 Le mari, en effet, est le chef de sa femme comme le Christ est le chef, la tête de l'Église qui est son corps et dont il est le Sauveur.

24 Mais comme l'Église se soumet au Christ, de même la femme se soumet en toute circonstance à son mari.
25 Quant à vous, maris, que chacun de vous aime sa femme comme le Christ a aimé l'Église : il a donné sa vie pour elle
26 afin de la rendre digne de Dieu après l'avoir purifiée par sa Parole, comme par le bain nuptial.
27 Il a ainsi voulu se présenter cette Église à lui-même, rayonnante de beauté, sans tache, ni ride, ni aucun défaut, mais digne de Dieu et irréprochable.
28 Voilà comment chaque mari doit aimer sa femme comme si elle était son propre corps : ainsi celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
29 Car personne n'a jamais haï sa propre chair ; au contraire, chacun la nourrit et l'entoure de soins, comme le Christ le fait pour l'Église,
30 parce que nous sommes les membres de son corps.
31 C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme et les deux ne seront plus qu'une seule chair.
32 Il y a là un grand mystère : je parle de ce que je viens de dire au sujet du Christ et de l'Église. »
(Éphésiens 5:23-32 Semeur)

a) L'Église est l'Épouse de Christ, comme Ève fut l'épouse d'Adam :

« 18 L'Éternel Dieu dit : Il n'est pas bon que l'homme soit seul, je lui ferai une aide qui soit son vis-à-vis.

19 L'Éternel Dieu, qui avait façonné du sol tous les animaux des champs et tous les oiseaux du ciel, les fit venir vers l'homme pour voir comment il les nommerait, afin que tout être vivant porte le nom que l'homme lui donnerait.
20 L'homme donna donc un nom à tous les animaux domestiques, à tous les oiseaux du ciel et aux animaux sauvages. Mais il ne trouva pas d'aide qui soit son vis-à-vis.
21 Alors l'Éternel Dieu plongea l'homme dans un profond sommeil. Pendant que celui-ci dormait, il prit une de ses côtes et referma la chair à la place.
22 Puis l'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu'il avait prise de l'homme, et il l'amena à l'homme.
23 Alors l'homme s'écria : Voici bien cette fois celle qui est os de mes os, chair de ma chair. Elle sera appelée « femme » car elle a été prise de l'homme.
24 C'est pourquoi un homme se séparera de son père et de sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux ne feront plus qu'un. »
(Genèse 2:18-24 Semeur)

« 25 Quant à vous, maris, que chacun de vous aime sa femme comme le Christ a aimé l'Église : il a donné sa vie pour elle

26 afin de la rendre digne de Dieu après l'avoir purifiée par sa Parole, comme par le bain nuptial.
27 Il a ainsi voulu se présenter cette Église à lui-même, rayonnante de beauté, sans tache, ni ride, ni aucun défaut, mais digne de Dieu et irréprochable.
28 Voilà comment chaque mari doit aimer sa femme comme si elle était son propre corps : ainsi celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
29 Car personne n'a jamais haï sa propre chair ; au contraire, chacun la nourrit et l'entoure de soins, comme le Christ le fait pour l'Église,
30 parce que nous sommes les membres de son corps. »
(Éphésiens 5:25-30 Semeur)

b) Appartenance totale de l'un à l'autre :

« C'est pourquoi un homme se séparera de son père et de sa mère et s'attachera à sa femme, et les deux ne feront plus qu'un. »

(Genèse 2:24 Semeur)

« C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère pour s'attacher à sa femme et les deux ne seront plus qu'une seule chair. »

(Éphésiens 5:31 Semeur)

c) Amour de Christ provoquant une affectueuse et reconnaissante soumission.

d) Ambition de l'époux pour son épouse : la rendre parfaite :

« 26 afin de la rendre digne de Dieu après l'avoir purifiée par sa Parole, comme par le bain nuptial.

27 Il a ainsi voulu se présenter cette Église à lui-même, rayonnante de beauté, sans tache, ni ride, ni aucun défaut, mais digne de Dieu et irréprochable. »
(Éphésiens 5:26-27 Semeur)

e) Ses tendres soins pour parvenir à ses fins :

« 26 afin de la rendre digne de Dieu après l'avoir purifiée par sa Parole, comme par le bain nuptial.

27 Il a ainsi voulu se présenter cette Église à lui-même, rayonnante de beauté, sans tache, ni ride, ni aucun défaut, mais digne de Dieu et irréprochable.
28 Voilà comment chaque mari doit aimer sa femme comme si elle était son propre corps : ainsi celui qui aime sa femme s'aime lui-même.
29 Car personne n'a jamais haï sa propre chair ; au contraire, chacun la nourrit et l'entoure de soins, comme le Christ le fait pour l'Église, »
(Éphésiens 5:26-29 Semeur)

Le Cantiques des Cantiques peut être considéré comme le tableau symbolique de l'amour du Seigneur pour l'Église et de l'Église pour son Seigneur, avec tout ce que cela comporte de bonté, de grâce, de miséricorde, de patience et sagesse de la part du Seigneur, d'hésitations et d'atermoiements de la part de la fiancée.

Cependant ce titre d'épouse rassemble tous les privilèges et toutes les dignités des autres titres en y ajoutant une nouvelle splendeur : la gloire de Dieu :

« 9 Alors l'un des sept anges qui tenaient les sept coupes pleines des sept derniers fléaux vint me parler : - Viens, me dit-il, je te montrerai la Mariée, l'Épouse de l'Agneau. 10 Il m'emmena en esprit sur une grande et haute montagne, d'où il me fit voir la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel, d'auprès de Dieu. »

(Apocalypse 21:9-10 Semeur)

Ainsi, en contraste avec Israël, l'épouse terrestre, l'Église, épouse céleste, porte les regards de la foi vers l'avenir, vers ce moment glorieux où elle sera manifestée comme l'épouse, la femme de l'Agneau dont Apoc. 21 nous révèle les splendeurs, et Apoc. 22/ 17 nous fait entendre le soupir :

« - Voici, dit Jésus, je viens bientôt ! Heureux celui qui garde les paroles prophétiques de ce livre. »

(Apocalypse 22:7 Semeur)

Affranchie des habits terrestres et des choses mortelles, revêtue de fin lin éclatant et pur, elle sera admirée des anges et rendue semblable à Christ dans son rayonnement.

Mais avant de réaliser la perfection des relations célestes, l'Église doit réaliser la perfection des relations terrestres que nous trouvons exprimées en quatre types d'épouses de l'A.T.

2) L'ÉGLISE dans SON PÈLERINAGE TERRESTRE, typifiée par :

2.1) Séphora, épouse de Moise (Exode 2/ 16 à 22).

Elle est le type de l'Église donnée à Christ pendant le temps de sa séparation d'Israël, qui l'a rejeté. Elle partage le sentiment de son rejet et devient étrangère avec lui dans le pays de sa naissance. C'est ce qu'exprime le nom de «Guerschom» donné à leur fils, qui signifie « étranger là ». Ainsi en est-il pour l'Église en chacun de ses membres, appelés à se séparer du monde pour s'unir à Christ dans son rejet en portant son opprobre :

« 12 C'est pourquoi Jésus, lui aussi, est mort en dehors de la ville pour purifier le peuple par son propre sang.

13 Allons donc à lui en sortant en dehors du camp, et acceptons d'être méprisés comme lui. »
(Hébreux 13:12-13 Semeur)

Et devenir étrangers et voyageurs ici-bas :

« 11 Mes chers amis, vous êtes dans ce monde comme des résidents temporaires, des hôtes de passage ; c'est pourquoi je vous le demande : ne cédez pas aux désirs de l'homme livré à lui-même : ils font la guerre à l'âme.

12 Ayez une bonne conduite au milieu des païens. Ainsi, dans les domaines mêmes où ils vous calomnient en vous accusant de faire le mal, ils verront vos bonnes actions et loueront Dieu le jour où il interviendra dans leur vie. »
(1 Pierre 2:11-12 Semeur)

« 24 Pendant le voyage, au campement où ils passaient la nuit, l'Éternel attaqua Moïse, cherchant à le faire mourir.

25 Alors Séphora saisit une pierre tranchante, coupa le prépuce de son fils et en toucha les pieds de Moïse en disant : - Tu es pour moi un époux de sang.
26 Alors l'Éternel laissa Moïse. C'est à cette occasion que Séphora dit à Moïse à cause de la circoncision : - Tu es un époux de sang ! »
(Exode 4:24-26 Semeur)

Ce texte nous enseigne :

a) que le gouvernement de Dieu et sa sainteté ne peuvent pas admettre que celui que la grâce a appelé, s'engage dans la voie du service ayant dans sa vie une désobéissance formelle envers Dieu.

b) que Séphora circoncisant elle-même son fils pour conserver la vie à Moïse s'unissait à son époux dans l'obéissance et dans la voie du service. À cause de cela, elle l'appellera « époux de sang ». Il en est de même pour l'Église dont chaque membre est appelé à s'associer avec Christ, dans l'humilité, l'obéissance et la souffrance avant de partager avec Lui les gloires du règne à venir :

« 24 Puis, s'adressant à ses disciples, Jésus dit : - Si quelqu'un veut marcher à ma suite, qu'il renonce à lui-même, qu'il se charge de sa croix et qu'il me suive.

25 Car celui qui est préoccupé de sauver sa vie la perdra ; mais celui qui perdra sa vie à cause de moi, la retrouvera. »
(Matthieu 16:24-25 Semeur)

« 17 Et puisque nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et donc cohéritiers du Christ, puisque nous souffrons avec lui pour avoir part à sa gloire.

18 J'estime d'ailleurs qu'il n'y a aucune commune mesure entre les souffrances de la vie présente et la gloire qui va se révéler en nous. »
Romains 8:17-18 Semeur)

2.2) Rébecca, épouse d'Isaac (Genèse 24. 1 à 67).

Elle est le type de l'Église comme la consolation de Christ dans le temps ou il est affligé de la perte d'Israël.

Trouvée par le serviteur envoyé par le Père (V. 24), enrichie des riches présents pris dans les trésors de la maison de son futur époux (v. 22, 53), elle quitte volontairement son ancienne demeure pour suivre docilement le serviteur qui la conduit vers son époux (v.57.67). C'est bien là la multitude de ceux qui constituent l'Église, que le Saint-Esprit a découverts et touchés par la prédication de l'Évangile, et qui se sont volontairement engagés à quitter le monde et son péché pour suivre docilement le Consolateur qui les conduit à la rencontre de Christ :

« 15 Car voici ce que nous vous déclarons d'après une parole du Seigneur : nous qui serons restés en vie au moment où le Seigneur viendra, nous ne précéderons pas ceux qui sont morts.

16 En effet, au signal donné, sitôt que la voix de l'archange et le son de la trompette divine retentiront, le Seigneur lui-même descendra du ciel, et ceux qui sont morts unis au Christ ressusciteront les premiers.
17 Ensuite, nous qui serons restés en vie à ce moment-là, nous serons enlevés ensemble avec eux, dans les nuées, pour rencontrer le Seigneur dans les airs. Ainsi nous serons pour toujours avec le Seigneur. »
(1 Thess. 4:15-17 Semeur)

2.3) Asnath, épouse de Joseph, surnommé «Tsaphnath-Paeneach» (Genèse 41/ 45)

( Asnath signifie celle qui appartient à Nath, racine du nom donné à Joseph). Elle est le type de l'Église possession de Christ :

« 19 Ou bien encore, ignorez-vous que votre corps est le temple même du Saint-Esprit qui vous a été donné par Dieu et qui, maintenant, demeure en vous ? Vous ne vous appartenez donc pas à vous-mêmes.

20 Car vous avez été rachetés à grand prix. Honorez donc Dieu dans votre corps. »
(1 Corinthiens 6:19-20 Semeur)

« Vous avez été libérés de cette manière futile de vivre que vous ont transmise vos ancêtres et vous savez à quel prix. Ce n'est pas par des biens qui se dévaluent comme l'argent et l'or. » 

(1 Pierre 1:18 Semeur)

À ce propos, il est intéressant de noter que l'Église ne peut être ni la propriété d'un individu, ni celle d'une dénomination. Jésus a dit : « Je bâtirai "MON" Église ». Il est la tête qui possède le Corps et à qui le corps appartient et obéit. Aucun membre du corps, quelle que soit sa fonction, ne peut s'arroger aucun droit de propriété sur l'Église, même dans le cadre local.

Cette épouse lui fut donnée à l'issue de son épreuve, après qu'il fût élevé à la domination :

« Le pharaon nomma Joseph Tsaphnat-Paenéah et lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, un prêtre d'On. Joseph partit inspecter l'Égypte. »

(Genèse 41:45 Sem)

Elle est celle qui lui apporte par les enfants qu'elle lui donne, une entière satisfaction. En effet, il appelle son premier fils « Manassé » qui dérive d'un mot signifiant «oublier» et son second fils « Éphraïm » qui dérive d'un mot signifiant «fécond» :

« Il donna au second le nom d'Éphraïm (Fécond), car Dieu, dit-il, m'a rendu fécond dans le pays où j'ai connu l'affliction. »

(Genèse 41:52 Sem)

Ce qui indique que cette union lui permet d'oublier les souffrances supportées pendant son rejet et son exil et lui permet aussi d'espérer une postérité plus nombreuse encore que la famille qu'il a perdue. N'est-ce pas ce que dit l'Écriture à l'égard de Christ et de l'Église ?

« 10 Mais il a plu à Dieu de le briser par la souffrance. Bien que toi, Dieu, tu aies livré sa vie en sacrifice de réparation, il verra une descendance. Il vivra de longs jours et il accomplira avec succès ce que désire l'Éternel.

11 Car après avoir tant souffert, il verra la lumière, et il sera comblé. Et parce que beaucoup de gens le connaîtront, mon serviteur, le Juste, les déclarera justes et se chargera de leurs fautes.
12 Voilà pourquoi je lui donnerai une part avec ces gens nombreux ; il partagera le butin avec la multitude, car il s'est dépouillé lui-même jusqu'à la mort et s'est laissé compter parmi les malfaiteurs, car il a pris sur lui les fautes d'un grand nombre, il est intervenu en faveur des coupables. »
(Ésaïe 53:10-12 Semeur)

« 1 Pousse des cris de joie, toi qui étais stérile, toi qui n'enfantais pas ! Éclate en chants joyeux, crie d'allégresse, toi qui n'as pas connu les douleurs de l'enfantement ! Car l'Éternel déclare : Les enfants de la délaissée seront bien plus nombreux que ceux de la femme mariée.

2 C'est pourquoi, élargis l'espace de ta tente et déploie largement les toiles qui t'abritent. Ne les ménage pas, allonge tes cordages, assure tes piquets,
3 car tu te répandras sur ta droite et ta gauche, et ta postérité conquerra des nations et peuplera des villes devenues solitaires. »
(Ésaïe 54:1-3 Semeur)

« 24 Interprétons cela comme une image : ces deux femmes représentent deux alliances. L'une de ces alliances, conclue sur le mont Sinaï, donne naissance à des enfants esclaves, c'est Agar qui la représente.

25 Certes, cette "Agar Mont Sinaï" est en Arabie, mais elle correspond à la Jérusalem actuelle, car celle-ci vit dans l'esclavage avec tous ses enfants.
26 Mais la Jérusalem d'en haut est libre. C'est elle qui est notre mère.
27 Car il est écrit : Réjouis-toi, femme stérile, toi qui n'as pas connu les douleurs de l'enfantement, pousse des cris de joie, toi qui ignores les douleurs de l'enfantement. Car les enfants de la délaissée seront plus nombreux que ceux de la femme mariée. »
(Galates 4:24-27 Semeur)

2.4) Esther épouse du roi Assuérus (Est. 5/ 1 à 3).

Elle est le type de l'Église reçue dans les lieux célestes, épouse soumise en contraste avec l'épouse rebelle. Élevée à la royauté à la suite du rejet de celle-ci, elle sera par son intercession le secours et la délivrance de son peuple, après avoir reconnu que c'était pour cela qu'elle avait été élevée à la royauté (4/ 13. 14) et obtenu une promesse d'exaucement :

« Pendant que l'on buvait le vin, l'empereur dit à Esther : - Quelle est donc ta requête, elle te sera accordée. Quelle est ta demande ? Même si c'est la moitié de l'empire, tu l'obtiendras. »

(Esther 5:6 Sem)

Soumise à Christ comme à Son Seigneur, l'Église jouit du précieux privilège d'être agréée dans le sanctuaire de Dieu :

« Étant unis à lui, par la foi en lui, nous avons la liberté de nous approcher de Dieu avec assurance. »

(Éphésiens 3:12 Semeur)

« Ainsi donc, mes frères, nous avons une pleine liberté pour entrer dans le lieu très-saint, grâce au sang du sacrifice de Jésus. »

(Hébreux 10:19 Semeur)

Elle exerce en faveur des hommes le ministère de la réconciliation :

« Tout cela est l'œuvre de Dieu, qui nous a réconciliés avec lui par le Christ et qui nous a confié le ministère de la réconciliation. » (2 Corinthiens 5:18 Semeur), dans la foi en la merveilleuse promesse d'exaucement qui lui a été faite par Son Roi :

« 12 Vraiment, je vous l'assure : celui qui croit en moi accomplira lui-même les œuvres que je fais. Il en fera même de plus grandes parce que je vais auprès du Père.

13 Et quoi que ce soit que vous demandiez en mon nom, je le réaliserai pour que la gloire du Père soit manifestée par le Fils.
14 Je le répète : si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. »
(Jean 14:12-14 Semeur)
« Mais si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez, vous l'obtiendrez. »
(Jean 15:7 Semeur)

Marcel ROUX

Citations bibliques extraites de la Bible du Semeur.
Texte copyright © 2000, Société Biblique Internationale. Avec permission.