"Comprends-tu ce que tu lis ?"

C'est la question que Philippe a posée à l'Éthiopien qui lisait le prophète Ésaïe. Actes 8.30 

La réponse de l'Éthiopien a été celle-ci :

 "Comment le pourrais-je, si quelqu'un ne me guide ?"

Si vous aussi vous ressentez le besoin de sonder les Écritures pour mieux comprendre la Bible, ce site a pour but de modestement vous guider.

 -Inscrivez-vous- 

Si vous souhaitez être informés de la parution des nouveaux articles.

— Qu'est-ce que l'Église ? —


Dans notre langage courant, nous utilisons le mot Église pour désigner : un édifice religieux chrétien ou une communauté de chrétiens.

Mais quel sens a le mot Église dans la Bible ?

Le mot Église ne traduit pas le mot grec ekklesia. En fait le mot ekklesia a été d'abord latinisé ecclesia puis francisé « église ».

Mais quel est alors le sens étymologique d'ekklesia?

Le mot ekklesia est composé du préfixe ek qui signifie « hors de » et du radical klesia qui signifie « appelé ».

Donc le mot ekklesia signifie « appelé hors de ».

Définition du mot Église dans le sens biblique : c'est la communauté des saints, de ceux qui ont été appelés hors du monde pour être au service de Christ.

Église universelle et locale :

Dans la Bible, le mot Église apparait sous deux formes : universelle et locale.

C'est Jésus le premier qui à deux reprises a parlé de l'Église:

« Et moi, je te déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre j'édifierai mon Église, contre laquelle la mort elle-même ne pourra rien. » (Matthieu 16:18 Semeur)

Ici le mot Église a le sens de ce que nous appelons communément l'Église universelle, celle de tous les croyants de tous lieux et de tout temps.

C'est dans ce sens-là que nous avons pris l'habitude de mettre un É majuscule pour le différencier de l'église locale dont parle Jésus dans ce second texte :

« S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Église. S'il refuse aussi d'écouter l'Église, mets-le sur le même plan que les païens et les collecteurs d'impôts. » (Matthieu 18:17 Semeur)

Ici le mot Église désigne l'église locale, celle où sont rassemblés les croyants d'un temps et d'un lieu précis et que nous écrivons habituellement avec un é minuscule

L'église locale est une expression de l'Église universelle :

Si certains s'accommodent bien de faire une séparation très nette entre l'église locale et l'Église universelle pour justifier une appartenance à l'une plutôt qu'à l'autre il est important de rappeler que l'une est imbriquée dans l'autre.

En effet, l'église locale n'a de légitimité que par l'Église universelle dont elle est en définitive une fraction visible. Autrement dit, celui qui est membre de l'Église universelle trouve au travers de l'église locale l'expression de la vie en Christ. À tel point que chaque croyant de l'église locale est un membre du Corps de Christ.

Il est certes plus facile d'être en communion avec des personnes que nous ne côtoyons pas, pourtant la vie dans l'église locale doit exprimer la réalité de notre appartenance à l'Église universelle :

« 20 Si quelqu'un prétend aimer Dieu tout en détestant son frère, c'est un menteur. Car s'il n'aime pas son frère qu'il voit, il ne peut pas aimer Dieu qu'il ne voit pas.

21 D'ailleurs, le Christ lui-même nous a donné ce commandement : que celui qui aime Dieu aime aussi son frère. 

5:1 Celui qui croit que Jésus est le Christ est né de Dieu. Et celui qui aime le Père, qui fait naître à la vie, aime aussi les enfants nés de lui. » (1 Jean 4:20-5:1 Semeur)

— Une seule Bible avec plusieurs versions —

À de rares exceptions, il n'existe pas une Bible pour telle communauté ou pour une autre.

Chaque version développe divers aspects de la Parole de Dieu, par exemple la traduction en une langue particulière.

Comment comprendre alors qu'il y ait à notre disposition tant de Bibles différentes ?

Cette abondance de traductions a de quoi nous dérouter surtout quand il s'agit d'acheter ou de conseiller une Bible.

Pourquoi tant de versions de la Bible ?

En fait, il existe beaucoup de manuscrits différents du texte original, plusieurs centaines en latin, en langues de diverses époques, ou de diverses régions, par exemple en français de Provence.

  • C'est que l'évolution de notre langage peut rendre, en quelques décennies seulement, un texte incompréhensible, soit que le mot ne soit plus utilisé soit que son sens courant soit très différent.
  • Il y a depuis plusieurs décennies des découvertes de manuscrits qui ont pu permettre de mieux approcher le texte original, il faut pouvoir les considérer dans de nouvelles traductions.
  • Il y a aussi une nécessité de mettre à la portée ces textes comme le fait la Bible en français courant qui a cherché à permettre à tous une lecture de la Bible dans un langage que tout le monde peut comprendre.
  • Nous savons qu'un mot peut avoir plusieurs sens. Que dire alors d'une phrase qui a plusieurs mots ? Chaque traducteur, avec la même motivation de rendre compréhensible la pensée de Dieu va s'efforcer avec sa sensibilité d'approcher le texte original. Ainsi donc, ces multiples facettes de la Parole nous permettent d'entrevoir toute la richesse de la Parole de Dieu.

Même si nous devons rester vigilants vis-à-vis de ceux qui cherchent à tordre les Saintes Écritures, nous devons considérer la richesse de ces différentes versions comme une chance pour nous, de mettre en lumière ces réalités divines que le monde a besoin de connaître dans le langage qu'il utilise usuellement afin de bien le comprendre.

Nous ne devons pas voir ces différentes traductions comme concurrentes, mais comme complémentaires.

Le projet de Dieu c'est que tout le monde accède à la connaissance de sa Parole :

"Car il veut que tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité."  (1 Timothée 2:4 Semeur)

Or la vérité c'est la Parole de Dieu comme l'a dit Jésus : 

"Consacre-les par la vérité. Ta Parole est la vérité." (Jean 17:17 Semeur)